Aller au contenu principal

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

N'hésitez pas à nous contacter pour toute assistance ou conseil sur nos produits et services.

Vous avez des patients épuisés qui s’assoupissent en plein jour ou qui ronflent bruyamment ? Ils pourraient souffrir d’apnée du sommeil. Une intervention précoce peut améliorer leur état de santé, leurs relations interpersonnelles et leur qualité de vie.

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil ?

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est un trouble causant un relâchement des muscles du pharynx, qui s’affaissent et qui entravent brièvement le passage de l’air.

Le patient se met alors à ronfler, cesse de respirer, se réveille brièvement pour reprendre son souffle, puis se rendort. Ces micro-éveils constants perturbent le sommeil et laissent le patient épuisé au réveil.

Les patients se disent généralement exténués, déprimés ou incapables de se concentrer, car ils ont l’impression d’avoir le cerveau embrumé. Bien souvent, ils consultent en raison de ronflements bruyants ou d’une baisse de libido, ou encore à la suite d’un accident survenu alors qu’ils se sont endormis au travail ou au volant.

Les patients atteints d’apnée du sommeil souffrent parfois d’hypertension, de diabète, de dépression ou de céphalées matinales. Ces problèmes sont souvent traités séparément, même s’ils peuvent être dus à l’apnée du sommeil.

Jusqu’à 20 % des adultes souffrent d’apnée du sommeil 1,2 et d’affections concomitantes. Pourtant, on estime que 80 % ne reçoivent aucun diagnostic.3 Bon nombre ignorent qu’ils sont atteints d’apnée du sommeil ou ne sont pas conscients de la gravité de leurs symptômes.

Les trois types d’apnée du sommeil

 

  • L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est la forme d’apnée du sommeil la plus répandue, dans laquelle les tissus mous du pharynx bloquent les voies respiratoires et provoquent un arrêt momentané de la respiration ;
  • L’apnée centrale du sommeil est une forme moins courante que l’AOS, dans laquelle le système nerveux central n’envoie pas les bons signaux aux muscles de la gorge qui contrôlent la respiration ;
  • L’apnée du sommeil complexe est une combinaison des deux autres types (obstructive et centrale).

Degrés de gravité de l’apnée du sommeil

Le processus physiologique sous-jacent à l’apnée du sommeil – obstruction des voies respiratoires et micro-éveils permettant de respirer – est tout à fait normal s’il est peu fréquent. Toutefois, un cycle de plus de cinq micro-éveils par heure indique la présence d’apnée du sommeil :

Respiration normale Moins de 5 interruptions par heure
Apnée du sommeil légère De 5 à 15 interruptions par heure
Apnée du sommeil modérée De 15 à 30 interruptions par heure
Apnée du sommeil grave Plus de 30 interruptions par heure

Personnes touchées

L’apnée du sommeil peut affecter les personnes de tous âges et de toutes constitutions, mais certains facteurs augmentent considérablement le risque.

  • Obésité : Environ 77 % des patients obèses souffrent d’apnée du sommeil4
  • Âge avancé : Les personnes de plus de 50 ans courent un risque accru
  • Affections de la thyroïde ou goitre comprimant la gorge ou les voies respiratoires
  • Caractéristiques physiologiques de la gorge comme une hypertrophie des amygdales ou une hypotrophie des voies respiratoires ou nasales
  • Consommation d’alcool, de sédatifs ou de somnifères avant le coucher

Symptômes

Si votre patient présente deux ou trois des symptômes suivants, il pourrait être bon de lui faire passer un test de dépistage: 5

  • Ronflements : De nombreux patients consultent parce que leurs ronflements empêchent leur conjoint(e) de dormir ;  
  • Sensation d’étouffer : Le patient ou son partenaire constate un arrêt momentané de la respiration, suivi de signes d’étouffement ou de suffocation  ;
  • Somnolence diurne : Certaines personnes consultent après s’être endormies au volant ou au travail ;
  • Manque de concentration ;
  • Irritation ou sautes d’humeur ;
  • Baisse de libido ou dysfonction érectile ;
  • Besoin d’uriner fréquemment pendant la nuit ;
  • Cauchemars.

Voici une liste pour vous aider à établir le risque d’apnée du sommeil de votre patient.

Maladies concomitantes

Les maladies suivantes sont fréquemment associées à l’apnée du sommeil :

Maladies cardiovasculaires6,7

Hypertension8,9

AVC9

Diabète de type 210,11,12,13

Auto-évaluation

Vous pouvez demander à votre patient de remplir ce formulaire d’auto-évaluation afin d’établir son risque d’apnée du sommeil et de déterminer si des examens plus poussés sont nécessaires.

References:

  1. O’Keefe, et.al., Evidence supporting routine Polysomnography before bariatric surgery, in,Obesity Surgery, January 2014
  2. Young, T., Peppard, P.E., & Gottlieb, D.J. (2002). Epidemiology of obstructive sleep apnea: a population health perspective. Am. J. Respir. Crit. Care Med, 165, 1217-1239.
  3. Obstructive sleep apnea – a guide for GP’s, British Lung Foundation (NHS.
  4. Sleep breathing disorders, in, European Respiratory Society Whitebook, Chapter 23
  5. Patient information series – Sleep mini series #4, in, Obstructive Sleep Apnea and Heart Disease, American Thoracic Society.
  6. Logan, et.al.High prevalence of unrecognized sleep apnoea in drug-resistant hypertention, in, Journal of Hypertension, 2001
  7. Einhorn, et.al., Prevalence of sleep apnea in a population of adults with type 2 diabetes Mellitus, in, Endocrine Practice, 2007; 13(4):355-362
  8. Peppard PE, Young T, Palta M, Skatrud J (2000): Prospective study of the association between sleep-disordered breathing and hypertension. NEJM 342(19): 1378-1384
  9. Logan, et.al.High prevalence of unrecognized sleep apnoea in drug-resistant hypertention, in, Journal of Hypertension, 2001
  10. Einhorn, et.al., Prevalence of sleep apnea in a population of adults with type 2 diabetes Mellitus, in, Endocrine Practice, 2007; 13(4):355-362 
  11. Peppard PE, Young T, Palta M, Skatrud J (2000): Prospective study of the association between sleep-disordered breathing and hypertension. NEJM 342(19): 1378-1384.
  12. Bottini P, Dottorini ML, Cristina Cordoni M, Casucci G, Tantucci C (2003): Sleep-disordered breathing in nonobese diabetic subjects with autonomic neuropathy. Eur Respir J 22: 654- 660
  13. Elmasry A, Lindberg E, Berne C, Janson C, Gislason T, Awad Tageldin M, Boman G (2001): Sleep-disordered breathing and glucose metabolism in hypertensive men: a population-based study. J Intern Med 249(2): 153-161
     

Pourquoi nous choisir

  • 01

    Expertise

    Nos inhalothérapeutes ont accès au plus récent équipement CPAP et sont formés pour trouver le meilleur ajustement pour vos patients

  • 02

    Chef de file clinique

    La mieux reconnue au pays, notre expertise clinique permet à vos patients de tirer le maximum de leur traitement CPAP ou d'oxygénothérapie à domicile

  • 03

    Réseau de soutien national/local

    Comptant plus de 100 cliniques au Canada et 35 filiales VitalAire dans le monde, nous pouvons soutenir vos patients ici ou en voyage.

Learn more about